Gérer les émotions et les comportements difficiles

Les lésions cérébrales peuvent donner lieu à divers symptômes – dont certains sont passagers et d’autres permanents. Le tableau qui suit présente une approche générale pour faciliter la gestion des émotions et des comportements difficiles. Il peut être nécessaire de consulter un spécialiste comme un psychologue en réadaptation ou un ergothérapeute pour obtenir des conseils adaptés à la situation de votre proche.

COMPORTEMENT OU ÉMOTION

CE QUE VOUS OBSERVEZ CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE
Agitation
  • Alterne entre l’hyperactivité et la somnolence.
  • Pleure, crie, agite les bras ou se réveille en état de panique.
  • Frappe les autres.
  • A des tendances autodestructrices.
  • Touchez la personne ou parlezlui lorsqu’elle est attentive.
  • Posez-lui des questions simples.
  • Limitez les distractions pour favoriser un environnement calme.
  • Votre proche aura probablement une tolérance réduite au stress; réfléchissez à des moyens de diminuer les sources de stress pour éviter les crises.
Confusion
  • Est inattentif.
  • A tendance à oublier.
  • Repose encore et encore les mêmes questions.
  • Donnez-lui des directives étape par étape.
  • Utilisez des outils mnémoniques, comme un calendrier ou un agenda.
  • Répétez vos réponses en vous montrant patient.
Déni
  • N’accepte pas les changements, ne reconnaît pas les problèmes.
  • Croit pouvoir continuer à faire les choses comme avant.
  • Trouve des excuses pour ne pas terminer certaines tâches.
  • Manipule les autres pour leur faire faire certaines tâches.
  • S’il n’y a pas de danger, laissez la personne essayer de le faire elle-même.
  • Quand vous sentez que la personne est prête, montrez-lui qu’une activité qui semblait
  • « impossible » est finalement simple à réaliser.
  • Assurez-vous que le problème ne vient pas d’un manque de confiance ou d’une incapacité.
Dépression
  • Pleure souvent.
  • Perd son intérêt pour la vie en général.
  • A un appétit et un sommeil perturbés.
  • Manque de motivation.
  • Affiche un retrait social.
  • Parle de mourir.
  • Si les symptômes persistent ou en cas de pensées suicidaires, consultez un professionnel.
  • Félicitez la personne pour ses progrès.
  • Encouragez la personne à faire des activités qu’elle peut tolérer.
Désorientation
  • A un discours désorganisé, décousu.
  • Confond les faits réels et imaginaires.
  • Perd conscience du lieu, de la date, de son identité ou de celle des autres.
  • Perd ses repères temporels.
  • Rappelez les faits – qui vous êtes, où vous vous trouvez, etc.
  • Discutez de choses ou de personnes familières.
  • Utilisez un calendrier, des photos et des pièces musicales pour aider la personne à retrouver ses repères.
Égocentrisme
  • Est centrée sur elle-même et se montre insensible.
  • Interprète mal les réponses ou les actions des autres.
  • Ne permettez pas à la personne d’obtenir tout ce qu’elle veut.
  • Ne vous attendez pas à ce qu’elle comprenne votre point de vue ou respecte vos droits; vous devrez peut-être l’exiger.
  • Inscrivez-la à un groupe de soutien pour les victimes de lésions cérébrales.
Instabilité émotionnelle
  • Ne maîtrise pas ses émotions.
  • Exprime des émotions dans un contexte inadéquat (au mauvais endroit, au mauvais moment).
  • A des sautes d’humeur.
  • Ne critiquez pas la personne.
  • Félicitez-la lorsqu’elle arrive à maîtriser ses émotions.
  • Ne soulignez pas un comportement inadéquat, cela pourrait l’embarrasser.
  • Gardez votre calme pour donner l’exemple.
Consommation
excessive de
nourriture
  • Mange sans arrêt.
  • Mange en cachette.
  • Ne se souvient pas d’avoir mangé.
  • Se plaint fréquemment d’avoir faim, même après avoir mangé.
  • Consultez un médecin.
  • Proposez d’autres activités, comme des exercices ou un passe-temps.
Flux de paroles
  • Parle sans arrêt.
  • Ne se rappelle pas les discussions précédentes.
  • N’arrive pas à conclure ou à trouver une solution.
  • N’arrive pas à rompre le cycle.
  • N’arrive pas à participer à une conversation où les gens parlent à tour de rôle.
  • Dirigez l’attention de la personne sur une tâche.
  • Si son discours semble lié à de l’anxiété, laissez-la parler raisonnablement.
  • Ne vous sentez pas obligé de répondre.
  • Proposez d’écouter de la musique.
Problèmes de
mémoire
  • Oublie de terminer des tâches.
  • Ne se rappelle plus certains événements précédant l’accident cérébral ou survenus après.
  • Met du temps à se rappeler les faits.
  • A du mal à se rappeler certaines choses comme les noms ou les rendez-vous.
  • Égare souvent des choses.
  • Répète les mêmes choses sans cesse.
  • A du mal à apprendre de nouvelles choses.
  • Créez un environnement calme, reposant.
  • Corrigez les erreurs gentiment.
  • Fournissez des indices (p. ex., « Comment se nomme ceci ou cela? »)
  • Si les indices ne suffisent pas, donnez le renseignement oublié.
  • Utilisez des signes ou des images pour faciliter la mémorisation des choses utiles, comme un album de souvenirs, un calendrier ou une montre.
  • Interrogez la personne pour récapituler les points importants de façon à exercer sa mémoire.
  • Ne l’interrompez pas, cela pourrait lui faire perdre le fil de sa pensée.
  • Essayer de maintenir une routine.
  • Apposez des étiquettes sur les placards et les tiroirs.
Changements dans
l’intérêt pour la
sexualité
  • Fait des remarques inappropriées à caractère sexuel ou des avances.
  • Manipule le partenaire pour obtenir un contact physique.
  • Formule des menaces lorsque le partenaire refuse les avances sexuelles.
  • A une baisse de sa libido.
  • Expliquez à la personne que son comportement est inacceptable.
  • Expliquez-lui les conséquences d’un tel comportement.
  • Ne vous sentez pas obligé de répondre à ses avances sexuelles.
  • Renseignez-vous sur les traitements médicamenteux et cherchez conseil auprès d’un professionnel.
  • Discutez des possibilités d’autosatisfaction.
  • Si nécessaire et si cela est possible, éloignez-vous de la personne ou éloignez la personne de vous.
Inconscience de son état pathologique
(anosognosie)
  • Semble inconscient de son invalidité.
  • Comprend mal la portée de ses actions.
  • N’est peut-être pas en mesure de bien comprendre les effets des lésions cérébrales sur sa qualité de vie.
  • Investissez-vous le plus possible dans le processus de réadaptation.
  • Ne laissez pas la personne conduire ou manoeuvrer un engin ou un appareil dangereux sans l’autorisation d’un médecin.
  • Aidez-la à se fixer des objectifs réalistes.
Apathie
  • Perd son sens de l’initiative, sa motivation ou son intérêt.
  • Structurez les activités quotidiennes pour établir une routine.
  • Établissez un système étape par étape pour que celles-ci s’enchaînent naturellement.
  • Consultez un professionnel.

Impulsivité

  • A tendance à parler ou à agir avant de réfléchir.
  • Est guidé par des pensées confuses ou inappropriées.
  • Demande excessivement de l’attention.
  • Prévoyez des récompenses à court terme pour souligner les périodes de maîtrise de soi.
  • Suggérez un comportement plus approprié.