Nouvelles et mises à jour sur la maladie du cœur (février)

février 2016

AmbulanceLa moitié des patients victimes d’un arrêt cardiaque soudain reçoivent des signes précurseurs

Un arrêt cardiaque soudain est une perte subite des fonctions cardiaques qui cause la mort dans la plupart des cas. Selon une étude récente publiée dans Annals of Internal Medicine, près de la moitié d’un groupe de plus de 800 personnes victimes d’arrêt cardiaque soudain ont présenté des symptômes - auxquels elles n’ont généralement pas porté attention - jusqu’à un mois avant l’accident. Entre autres symptômes ressentis, mentionnons une douleur ou une pression intermittente à la poitrine, de l’essoufflement, des palpitations et des symptômes pseudo-grippaux comme la nausée, les douleurs abdominales ou les maux de dos.

Presque toutes les personnes qui ont présenté des symptômes au cours du mois précédent les ont ressentis à nouveau dans les 24 heures avant l’arrêt cardiaque; toutefois, 19 % seulement de ces dernières ont appelé les services d’urgence. Chez celles qui ont consulté un médecin par rapport à ces symptômes, le taux de survie était plus de cinq fois plus élevé que chez celles qui n’ont pas consulté.

Immeuble de bureauxFaible taux de survie des victimes d’arrêt cardiaque aux étages supérieurs des gratte-ciel

Le taux de survie des personnes victimes d’un arrêt cardiaque est très faible dans l’ensemble. Selon une nouvelle étude canadienne, le risque de décès augmente encore plus chez les patients qui habitent au-delà des quelques premiers étages d’un édifice en hauteur. Publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne, l’étude a révélé un taux de survie de 4,2 % chez les victimes d’un arrêt cardiaque vivant en dessous du 3e étage d’un immeuble en hauteur, et de 2,6 % chez celles qui vivaient au-dessus du 3e étage. Seulement 0,9 % des victimes habitant au-delà du 16e étage - et aucune habitant au-delà du 25e - n’ont survécu.

Entre autres solutions, on propose de donner l’accès exclusif aux ascenseurs aux premiers répondants en cas d’urgence cardiaque et d’installer plus de DEA dans les gratte-ciel à la disposition des passants.

  • Lisez l’article complet (téléchargeable en PDF, en anglais seulement) dans le Journal de l’Association médicale canadienne.

Les risques associés à la fibrillation auriculaire sont supérieurs chez les femmes

Dans une étude sur l’analyse de données concernant 4 millions de personnes atteintes de fibrillation auriculaire (FA), tirées de 30 études antérieures, la FA a été associée à un risque relatif de décès (toutes causes confondues) de 12 % plus élevé chez les femmes que chez les hommes. La FA fait également augmenter de façon significative les risques d’AVC, de décès causé par une maladie cardiaque, d’incident cardiaque et d’insuffisance cardiaque chez les femmes. Les causes de ces différences ne sont toujours pas claires.

  • Lisez l’article complet (téléchargeable en PDF, en anglais seulement) paru dans le BMJ.

Partager