Traiter la fibrillation auriculaire

À elle seule, la fibrillation auriculaire ne met généralement pas la vie en danger. Toutefois, elle doit être traitée, car :

  1. Elle peut détériorer votre qualité de vie et vous empêcher de vous livrer à vos activités courantes;
  2. Elle ralentit la circulation du sang dans le coeur, ce qui accroît le risque d’accumulation de sang et de formation de caillots sanguins. Si un caillot se retrouve dans la circulation sanguine, il peut causer un AVC.

Pour maîtriser la fibrillation auriculaire, vous suivrez deux traitements :

  • Le premier a pour but d’atténuer vos symptômes pour que vous vous sentiez mieux;
  • Le deuxième a pour but de réduire le risque d’AVC et d’autres complications.

SI LA FIBRILLATION AURICULAIRE EST MAÎTRISÉE, Y A-T-IL TOUJOURS UN RISQUE D’AVC?

Pour l’instant, rien n’indique que les traitements visant à contrôler la fréquence ou le rythme cardiaque réduisent le risque d’AVC. Seuls les anticoagulants peuvent réduire ce risque.

Prise de médicaments pour atténuer les symptômes

Il y a deux traitements principaux pour les symptômes de la fibrillation auriculaire : le contrôle de la fréquence cardiaque, qui rétablit une fréquence normale, et le contrôle du rythme cardiaque, qui rétablit un rythme normal.

Le choix du traitement dépend de plusieurs facteurs, notamment les suivants :

  • le type de fibrillation auriculaire;
  • les autres problèmes cardiaques ou de santé;
  • les symptômes;
  • les préférences du patient.

Un grand nombre de patients doivent changer de traitement en cours de route en raison de l’évolution de leur affection.

Médicaments visant à contrôler la fréquence cardiaque

Ces médicaments visent à rétablir une fréquence cardiaque normale en réduisant le nombre d’impulsions électriques anormales. La plupart des patients atteints de FA prennent ces médicaments. En voici quelques exemples :

  • les bêtabloquants comme le métoprolol (LopressorMD) ou le bisoprolol (MonocorMD);
  • les inhibiteurs des canaux calciques comme le diltiazem (CardizemMD) et le Vérapamil (IsoptinMD);
  • les glucosides cardiotoniques (ou digitaliques) comme la digoxine (ToloxinMD).

Médicaments visant à contrôler le rythme cardiaque

Ces médicaments visent à rétablir un rythme cardiaque normal. Les plus courants sont les suivants :

  • l’amiodarone (CordaroneMD);
  • la dronédarone (MultaqMD);
  • la flécaïnide (TambocorMD);
  • la propafénone (RythmolMD);
  • le sotalol (SotacorMD).

Interventions visant à contrôler le rythme cardiaque

Les interventions les plus courantes pour traiter la fibrillation auriculaire sont la cardioversion électrique et l’ablation par cathéter.

Cardioversion électrique

Comme la défibrillation, cette intervention consiste à administrer une décharge électrique au coeur. Toutefois, dans la cardioversion électrique, l’intensité de la décharge est plus faible. Si vous devez subir une cardioversion, vous passerez la journée à l’Institut de cardiologie. On vous donnera un médicament pour vous aider à dormir et à vous détendre. Lorsque le médicament fera effet, on placera les électrodes du défibrillateur sur votre poitrine et l’on vous administrera une faible décharge électrique. Vous ne vous souviendrez pas de la décharge et vous ne ressentirez aucune douleur. Une fois l’intervention terminée, votre médecin pourrait aussi vous prescrire un médicament qui contribuera à normaliser votre rythme cardiaque.

La cardioversion est une solution à court terme. Chez la plupart des patients ayant subi cette intervention, la fibrillation auriculaire réapparaîtra.

Ablation par cathéter

Au cours de cette intervention, on insère de petits fils dans une veine de l’aine ou du cou pour les acheminer jusqu’aux parties du coeur où les impulsions électriques sont irrégulières. Lorsque les fils sont au bon endroit, des ondes de radiofréquence sont appliquées afin de détruire de petites zones de tissus à l’origine de l’anomalie.

Avant l’une ou l’autre de ces interventions, votre médecin vous fournira plus de renseignements et répondra à vos questions.

Autres traitements visant à maîtriser les symptômes

Il se peut que votre médecin recommande l’implantation d’un stimulateur cardiaque ou une ablation cardiaque chirurgicale (intervention de Maze) pour traiter votre fibrillation auriculaire. Si tel est le cas, il vous fournira plus de renseignements à ce sujet.