Au cœur de la controverse entourant l’angiotensine et la COVID-19 : l’innocuité des inhibiteurs et des antagonistes des récepteurs dans un contexte de pandémie mondiale

juin 2020

Image décorative
Des chercheurs analysent l’innocuité de deux types de médicaments courants dans le contexte actuel de pandémie mondiale.

Notre équipe éditoriale travaille de la maison à une série d’articles au sujet du coronavirus. Ce texte, le troisième de la série, présente une étude sur l’innocuité des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine et des antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II chez les patients hypertendus atteints par la COVID-19.

Le terme angiotensine est le nom communément donné à de petites hormones qui jouent un grand rôle dans la régulation de notre santé et de notre tension artérielle. Une trop grande quantité d’angiotensine II peut entraîner une augmentation du volume sanguin, de la tension artérielle et de la teneur en sodium – une combinaison particulièrement dangereuse pour les patients atteints de maladies cardiovasculaires.

Il existe un vif débat dans le milieu de la santé quant à l’innocuité des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA) et des antagonistes des récepteurs de l’angiotensine (ARA) chez les patients atteints de la COVID-19. Ces deux types de médicaments ciblent l’angiotensine pour traiter l’hypertension, l’insuffisance cardiaque, la maladie coronarienne et d’autres troubles de santé.

« La controverse repose sur la crainte que ces médicaments ne causent plus de tort que de bien. »

- Dr Peter Liu, ICUO

« La controverse repose sur la crainte que ces médicaments ne causent plus de tort que de bien », explique le Dr Peter Liu, directeur scientifique et vice-président de la recherche à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa (ICUO). Les IECA et les ARA augmentent-ils la susceptibilité d’un patient au coronavirus SARS CoV2 (l’agent viral qui cause la COVID-19)? Cette question a amené des chercheurs comme le Dr Liu à étudier l’innocuité de ces médicaments chez les patients hypertendus.

Le Dr Peter Liu, de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa
Le Dr Peter Liu a été honoré à de multiples occasions. Il a notamment reçu le Prix d’excellence en recherche et le Prix annuel d’excellence de la Société canadienne de cardiologie, le Prix d’excellence en recherche Rick Gallop de la Fondation des maladies du cœur, le titre de Conférencier émérite de l’ISCR des IRSC et le prix Margolese de l’Université de la Colombie‑Britannique.

Le Dr Liu est l’un des chercheurs principaux d’une étude récente publiée dans Circulation Research, une revue scientifique de premier plan de l’American Heart Association. Le Dr Liu et ses collègues de divers pays ont tenté de mieux comprendre la relation entre l’utilisation des IECA et des ARA en milieu hospitalier et la mortalité, toutes causes confondues, chez les patients hypertendus atteints de la COVID-19.

Le Dr Liu indique que cette étude rétrospective multicentrique portait sur plus de mille adultes atteints d’hypertension ayant reçu un diagnostic de COVID-19 et ayant été traités dans neuf hôpitaux de la province d’Hubei, en Chine, entre le 31 décembre 2019 et le 20 février 2020. Un groupe de traitement comprenait 188 patients ayant reçu des IECA ou des ARA, tandis que l’autre groupe de traitement comptait 988 patients n’ayant pas reçu ces médicaments.

« Notre analyse rétrospective de cette cohorte de patients de Wuhan a indiqué une réduction potentielle de 63 % de la mortalité au sein du groupe ayant reçu des IECA ou des ARA, ce qui est semblable aux observations réalisées sur une autre importante cohorte internationale, indique le Dr Liu. À partir de ces résultats, nous pouvons émettre l’hypothèse que ces médicaments pourraient en fait être bénéfiques et non nocifs comme on le pensait au départ. » Le Dr Liu souligne que puisque ces études rétrospectives présentent divers facteurs de confusion inconnus, « un essai prospectif est nécessaire de toute urgence ».

Le Dr Liu et ses collègues de l’ICUO viennent d’entreprendre un important essai clinique international randomisé (COVID-RASi) pour valider ces résultats.

COVID-19 - Ressources

Des hôpitaux de partout dans le monde annulent ou reportent les interventions et les examens non urgents afin de prévenir la propagation du virus. Les patients se tournent également vers des options de télésanté pour obtenir des soins ou des conseils; ils évitent ainsi l’hôpital, où ils craignent d’attraper la COVID-19 ou de la transmettre eux-mêmes à leur insu. On constate aussi que les patients ayant subi une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral ont pratiquement disparu des hôpitaux, ce qui marque un changement sans précédent dans la demande de services hospitaliers imposée par la pandémie.

Sur son site web, l’ICUO demande à tous ceux qui ressentent des symptômes cardiaques de ne pas tarder à obtenir de l’aide médicale d’urgence. Des soins trop tardifs pourraient avoir des conséquences à long terme sur le résultat des traitements.

Téléchargez et partagez ce document infographique (PDF) conçu par l’ICUO, et consultez ce site, où vous trouverez des nouvelles et des ressources utiles sur la COVID-19, des conseils pour demeurer en sécurité et en santé pendant la pandémie, et des réponses à vos questions sur les répercussions du virus sur votre santé cardiaque.