Des programmes de l’Institut de cardiologie désignés pratiques exemplaires

8 octobre 2013









Comme la plupart des organismes de soins de santé au Canada, l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa (ICUO) est soumis à un processus d’examen régulier d’Agrément Canada. Ce processus rigoureux évalue les hôpitaux en vertu de plus de 900 normes et critères. Dans le cadre du processus d’agrément 2013, Agrément Canada a désigné quatre programmes de l’Institut de cardiologie comme pratiques exemplaires constituant des « solutions particulièrement novatrices pour améliorer la qualité ».

Sélectionnées par un groupe d’experts indépendants, les pratiques exemplaires sont considérées comme des programmes que les autres organismes devraient prendre pour modèle pour prodiguer des soins de santé. Agrément Canada favorise ces pratiques efficaces dans le cadre de son activité de partage de connaissances. Les quatre pratiques exemplaires de l’Institut de cardiologie sont présentées ci-dessous.

Programme de télémonitorage à domicile

Plus important programme de télémonitorage au Canada, le Programme de télémonitorage à domicile cible principalement les patients âgés atteints d’insuffisance cardiaque qui vivent en régions rurales et qui présentent des antécédents ou des risques de réadmissions. Les patients reçoivent un appareil de télémonitorage à domicile qui transmet leurs signes vitaux, leur poids et d’autres données par téléphone à l’Institut de cardiologie. Le programme a substantiellement diminué les taux de réadmission, réduit les effets indésirables liés à la médication, augmenté la confiance du patient pour prendre soin de lui-même et améliorer les soins de suivi. La satisfaction des patients à l’égard du programme est extrêmement élevée.

Lignes directrices appliquées à la pratique

Le programme GAP (lignes directrices appliquées à la pratique) est un outil simple mais efficace, qui est utilisé pour évaluer et orienter les soins offerts aux patients victimes d’une crise cardiaque ou atteints du syndrome coronarien aigu. Rédigé en termes conviviaux, il est utilisé pendant le séjour à l’hôpital pour éduquer les patients, et offre aux patients et à leur famille un plan de soins qu’ils partageront avec leur médecin de famille après le congé. Les lignes directrices appliquées à la pratique ont aidé à réduire de moitié le taux de mortalité à l’hôpital dans les 30 jours dans la région de Champlain et à augmenter l’application des pratiques exemplaires.

L’outil GAP (lignes directrices appliquées à la pratique) est présenté sous forme d'outil de gestion des soins par l’usager. Rédigé en termes conviviaux, il offre aux usagers et à leur famille un plan de soins qu'ils partageront avec leur médecin de famille après le congé. Il s'agit d'un outil simple, mais efficace, qui est utilisé pour évaluer et orienter les soins offerts aux usagers ayant subi un infarctus du myocarde, ainsi qu’à ceux atteints du syndrome coronarien aigu. Il permet à toute l'équipe de participer aux soins des usagers. L'outil sert à informer les usagers durant leur séjour à l'hôpital. Au congé, le personnel infirmier revoit la conformité des usagers par rapport aux meilleures pratiques; il effectue aussi un suivi auprès des médecins et fournit une copie du plan aux usagers pour qu'ils puissent la partager avec leur médecin de famille.

Ce programme a permis d'améliorer les résultats obtenus chez les usagers dans le RLISS de Champlain où le taux de mortalité à l'hôpital dans les 30 jours est passé de 12 % en 2001 à 6 % en 2008-2009. Nous avons aussi remarqué une hausse de l'application des meilleures pratiques. En 2011, 71 % des usagers dans l'ensemble du RLISS ont reçu l'outil GAP. Le travail se poursuit pour s’assurer que la conformité aux meilleures pratiques augmente de manière à systématiquement atteindre les seuils fixés par la CCORT dans tous les hôpitaux de soins de courte durée du RLISS. Chaque hôpital est informé de son taux de conformité, en pourcentage, par rapport à tous les éléments des soins axés sur les meilleures pratiques pour le syndrome coronarien aigu (médicaments, réadaptation, suivi, désaccoutumance au tabac, entre autres).

Un aspect innovateur est le partenariat que nous avons développé avec l’Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) pour la création de 16 nouveaux champs permanents dans la Base de données sur les congés des patients. Chaque hôpital verse les données dans la base de données de sorte que nous avons maintenant des données régionales propres aux hôpitaux concernant la conformité aux médicaments et les comportements modifiables au congé. Grâce à cette initiative de l'ICIS, ces données peuvent maintenant être saisies par tout hôpital qui participe aux travaux de l'ICIS. Bref, l'abstraction de données avec l'outil GAP se fait en moins d'une minute; nous avons donc pu la mettre en oeuvre sans frais additionnels. 

Appels automatisés pour améliorer la conformité aux meilleures pratiques liées au syndrome coronarien aigu

Ce système d’appels sortants est conçu pour aider les patients atteints d’un syndrome coronarien aigu à continuer à se conformer aux lignes directrices sur les pratiques exemplaires après leur congé. Par l’entremise d’un système interactif de réponse vocale, les patients reçoivent un appel après 1, 3, 6, 9 et 12 mois. Les questions posées portent sur les médicaments et le mode de vie; si les réponses d’un patient indiquent un besoin, l’appel est signalé et une infirmière autorisée le rappelle. Ces appels de suivi ont permis d’identifier des problèmes liés aux pratiques d’ordonnance, au manque de connaissances des fournisseurs, au manque de connaissances des patients ainsi qu’à des questions sociales et financières. Ce système est un allié du programme GAP (lignes directrices appliquées à la pratique) pour le syndrome coronarien aigu.

L'initiative portant sur les lignes directrices appliquées à la pratique (GAP) offre une approche régionale et systémique qui permet d'identifier tous les usagers qui ont été hospitalisés en raison d’un syndrome coronarien aigu et de s'assurer qu'ils connaissent les lignes directrices en matière de meilleures pratiques au moment de leur congé. Les études en matière de sécurité confirment que les usagers ont des complications et des réactions indésirables aux médicaments dans le cadre de la transition de l’hôpital à la maison. Dans les six mois suivant le congé, on note une forte baisse de la conformité en ce qui a trait à la prise de médicaments prescrits pour des problèmes cardiaques. Conscient du fait que le manque de conformité relative à la prise de médicaments est lié à de pauvres résultats en matière de santé et à une augmentation des événements indésirables, l'Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa a conçu un système de réponse vocale interactive (RVI) pour appuyer les usagers atteints d'un syndrome coronarien aigu après leur congé.

Ce système d'appels sortants est conçu pour aider les usagers à continuer de se conformer aux lignes directrices des meilleures pratiques. Il s'agit d'un système partenaire au programme régional de lignes directrices appliquées à la pratique pour le syndrome coronarien aigu, qui permet d'assurer un suivi auprès des usagers pendant un an pour s’assurer qu'ils se conforment aux lignes directrices. Tous les usagers atteints d'un syndrome coronarien aigu reçoivent un appel 1 mois après leur congé, et ensuite, après 3, 6, 9 et 12 mois. Chaque appel comporte des questions précises au sujet des médicaments prescrits au congé et permet de déterminer si l'usager se conforme aux lignes directrices. Lorsqu'un usager indique qu'il ne prend plus ses médicaments, une infirmière communique avec lui, et des efforts sont déployés au moyen de discussions avec le médecin de famille pour que l'usager recommence à se conformer aux lignes directrices. L’infirmière lui pose également des questions sur son style de vie, y compris son régime alimentaire, la cessation du tabagisme, ses activités, entre autres. Nos appels de suivi ont fait ressortir des problèmes liés aux pratiques entourant les médicaments, des lacunes quant aux connaissances des prestataires et des usagers de même que pour ces derniers des problèmes d'ordre social et financier. Nous offrons ce service à tous nos usagers atteints d'un syndrome coronarien aigu ainsi qu'à tous nos usagers en région.

Modèle d’Ottawa pour l’abandon du tabac

Seul programme d’abandon du tabac du genre au Canada, le Modèle d’Ottawa repère, traite et suit systématiquement et à long terme les fumeurs dans les hôpitaux, les cliniques de soins de santé primaires et les autres établissements de consultation externe. En Ontario, le programme a permis d’améliorer de 11 % les taux d’abandon à long terme chez les fumeurs hospitalisés. Le Modèle d’Ottawa a été mis en œuvre dans plus de 150 milieux des soins de santé partout au Canada.

« Chacun de ces programmes a joué un rôle important pour l’amélioration de la qualité des soins dans notre région », explique Sharon Ann Kearns, gestionnaire de la qualité et de la mesure du rendement, risque et confidentialité à l’Institut de cardiologie. « Nous sommes ravis qu’Agrément Canada ait décidé de mettre en lumière ces programmes à titre d’exemple pour les autres professionnels de la santé au pays. »