Imagerie cardiaque

L’imagerie cardiaque permet aux médecins d’éliminer ou de confirmer la preuve d’une maladie coronarienne et de procurer aux patients un traitement précoce et efficace. L’Institut de cardiologie fait appel à une foule de méthodes d’imagerie. Chacune d’elles comporte des avantages et aide les médecins à mieux cibler le traitement des différents aspects de la maladie du cœur. Le but consiste, en définitive, à s’assurer que les patients reçoivent les meilleurs soins possible, tant aujourd’hui que plus tard.

Les étudiants chercheurs et les boursiers en cardiologie qui sont conseillés en vue d’occuper des postes de direction disposent d’un milieu de formation transdisciplinaire. Les initiatives font intervenir les cosupervisions, la recherche interdisciplinaire menée en collaboration avec des médecins et des scientifiques, des cours structurés et des retraites scientifiques axées sur les étudiants.

Techniciens et technologues de tout le Canada reçoivent une formation à l’Institut de cardiologie en raison de sa vocation exclusive de centre cardiovasculaire.

Programmes et unités 

Tomodensitométrie et radiologie cardiaques

La TDM cardiaque est une technique de radiographie qui génère des images tridimensionnelles des artères coronaires. Elle montre le cœur une tranche à la fois. Un ordinateur compile les images reconstituées pour présenter une vue intérieure du cœur sous différents angles. Les chercheurs sont en train d’évaluer l’exactitude de la TDM comme solution de rechange à des techniques plus effractives, comme le cathétérisme, pour repérer les artères obstruées et déceler d’autres problèmes cardiaques.

Tomographie par émission de positons

La TEP cardiaque est une technique d’imagerie nucléaire non effractive qui mesure l’activité cellulaire du cœur. Les médecins de l’Institut recourent à la TEP pour le diagnostic cardiaque et les études de viabilité visant à caractériser l’effet des réparations, comme les interventions chirurgicales, et d’autres interventions, y compris l’implantation de dispositifs.

Notre cyclotron interne, un accélérateur compact, nous permet de produire nous-mêmes une grande partie de nos isotopes médicaux, surtout destinés à l’imagerie par TEP. La production d’isotopes à l’Institut de cardiologie est particulièrement bénéfique, à la lumière des arrêts occasionnels du réacteur canadien produisant une quantité substantielle de l’isotope le plus utilisé dans le monde pour les techniques d’imagerie.

Cardiologie nucléaire

Nos caméras gamma pour TEMP permettent d’effectuer des examens non effractifs visant à évaluer la maladie du cœur. Une petite quantité de substance radioactive servant d’indicateur est injectée au patient. Des images du cœur à l’effort et au repos sont étudiées en vue de déceler des formes particulières d’insuffisance. Notre programme de cardiologie nucléaire est le plus important programme clinique du genre au Canada.

Résonance magnétique

La résonance magnétique (RM) fait appel à un puissant champ magnétique, à des impulsions de radiofréquence et à un traitement par ordinateur pour créer des images détaillées des structures internes de l’organisme. Les images obtenues par RM permettent aux médecins d’examiner le fonctionnement du cœur, des valvules, des principaux vaisseaux et des structures voisines, de mesurer les progrès du patient durant son rétablissement et d’établir l’étendue des dommages causés par la crise cardiaque ou d’autres maladies du cœur. Le programme de RM de l’Institut de cardiologie est exécuté conjointement avec L’Hôpital d’Ottawa.

Épreuves d’effort

Les épreuves d’effort physiologique et pharmacologique, menées dans un laboratoire réservé à cette fin, permettent d’évaluer la maladie cardiovasculaire et sa réaction au traitement. L’effort est induit par l’exercice ou, plus rarement, par des produits pharmaceutiques.

Recherche 

Le service d’imagerie cardiaque procède à de nombreuses études cliniques et fournit des installations de recherche de base et de recherche translationnelle à quantité de programmes de l’Institut de cardiologie, à des organismes nationaux et à des organismes gouvernementaux. Quelques projets pilotes sont en cours, dont le registre de TEP cardiaque du fluorodésoxyglucose (FDG) visant à évaluer, à normaliser et à examiner l’utilisation de ces moyens pour les patients qui subissent une TEP en Ontario. D’autres projets font appel aux éléments suivants :

  • évaluation, coût et utilisation des technologies d’imagerie perfectionnées;
  • mise au point et évaluation d’isotopes de remplacement;
  • création de logiciels, d’algorithmes et de protocoles visant à optimiser l’imagerie;
  • méthodes novatrices d’imagerie destinées aux patients souffrant de troubles comme l’arythmie, la crise cardiaque et l’insuffisance cardiaque;
  • imagerie du petit animal.

Pour plus de renseignements, consulter le Consortium de recherche sur l’imagerie cardiovasculaire non effractive.

Éducation 

Les étudiants chercheurs et les boursiers en cardiologie qui sont conseillés en vue d’occuper des postes de direction disposent d’un milieu de formation transdisciplinaire. Les initiatives font intervenir les cosupervisions, la recherche interdisciplinaire menée en collaboration avec des médecins et des scientifiques, des cours structurés et des retraites scientifiques axées sur les étudiants.

Techniciens et technologues de tout le Canada reçoivent une formation à l’Institut de cardiologie en raison de sa vocation exclusive de centre cardiovasculaire.

Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez la page de Programme d'éducation sur la cardiologie.

Équipe 
  • Ian Paterson, M.D.
    Directeur médical, Imagerie cardiaque
  • Rick Heroux
    Directeur, Imagerie cardiaque
  • Rob Beanlands, M.D.
    Directeur médical, TEP
  • Ian Burwash, M.D.
    Directeur médical Échocardiographie
  • Benjamin Chow, M.D., et Carole Dennie, M.D.
    Directeurs médicaux, TDM cardiaque
  • Ian Paterson, M.D., et Carole Dennie, M.D.
    Directeurs médicaux, IRM cardiaque