Sarcoïdose cardiaque









Qu’est-ce que la sarcoïdose cardiaque?

Maladie rare, la sarcoïdose cardiaque se manifeste lorsque des amas de globules blancs, appelés « granulomes », se forment dans le tissu du cœur. Toutes les régions du cœur peuvent être touchées, mais ces amas cellulaires se forment plus souvent dans le muscle cardiaque, où ils peuvent perturber le système électrique du cœur (troubles de conduction cardiaque) et causer des battements de cœur irréguliers (arythmies). La sarcoïdose cardiaque peut également provoquer une insuffisance cardiaque.

La maladie touche en général les jeunes adultes âgés de 25 à 45 ans.

La plupart des personnes qui reçoivent un diagnostic de sarcoïdose cardiaque ont aussi des granulomes dans d’autres organes du corps, le plus souvent dans les poumons (sarcoïdose pulmonaire).

Sur cette page

Causes

Les causes de la sarcoïdose cardiaque ne sont pas encore connues. La maladie peut être déclenchée par une réaction démesurée du système immunitaire après une exposition à un agent infectieux (comme une bactérie ou un virus), un produit chimique ou un allergène. On croit que cela provoque une inflammation excessive et le regroupement des globules blancs.

La sarcoïdose cardiaque et les autres types de sarcoïdose peuvent avoir une composante génétique. Les personnes qui ont un parent, une sœur ou un frère atteints de sarcoïdose ont près de cinq fois plus de risques de contracter la sarcoïdose que les personnes qui n’ont aucun proche parent touché par la maladie.

Diagnostic

La sarcoïdose cardiaque est parfois très difficile à diagnostiquer. Le cœur est touché chez environ 5 % des patients qui présentent une sarcoïdose systémique. Voici les tests qui peuvent être utilisés pour diagnostiquer la sarcoïdose cardiaque :

  • l’échocardiographie : pour rechercher des anomalies dans le muscle cardiaque et les valvules cardiaques
  • l’électrocardiographie : pour repérer des troubles du rythme cardiaque
  • le moniteur Holter : pour suivre de façon continue la fréquence cardiaque pendant un jour ou deux, à la recherche d’anomalies du rythme cardiaque
  • l’imagerie nucléaire, comme la tomographie par émission de positons (TEP) : pour mesurer l’inflammation et l’activité dans différentes régions du cœur, au moyen d’infimes quantités de composés radioactifs
  • l’imagerie par résonance magnétique (IRM) cardiaque : pour rechercher des anomalies dans le cœur
  • la biopsie de tissus : pour vérifier la présence de granulomes. Cela se fait en prélevant de petits échantillons de tissus du cœur par une veine.

Traitement

En général, la sarcoïdose est une maladie bénigne spontanément résolutive qui ne nécessite pas de traitement. Toutefois, dans les cas où il s’avère nécessaire, le traitement de la sarcoïdose cardiaque visera à réduire l’inflammation dans le corps et à maîtriser les problèmes cardiaques causés par les granulomes. La maladie est incurable, mais ses effets peuvent souvent être pris en charge avec succès. Voici certains des traitements contre la sarcoïdose cardiaque.

Corticostéroïdes

Ces médicaments neutralisent le système immunitaire pour réduire l’inflammation. Certains patients chez qui l’on a diagnostiqué une sarcoïdose cardiaque devront prendre des corticostéroïdes pour le reste de leur vie, tandis que d’autres arriveront à diminuer graduellement les doses après une période de traitement initiale.

Autres médicaments immunosuppresseurs

Ces médicaments peuvent comprendre le méthotrexate et le cyclophosphamide.

Médicaments antiarythmiques

Ces médicaments réduisent l’incidence ou la gravité des arythmies.

Ablation par cathéter

Certaines arythmies attribuables à la sarcoïdose cardiaque doivent être traitées au moyen d’une technique à effraction minimale appelée « ablation par radiofréquence », qui bloquera les circuits de signalisation électrique anormaux dans le cœur.

Défibrillateur automatique implantable (DAI)

Un DAI est similaire au stimulateur cardiaque, sauf qu’il peut envoyer des impulsions électriques au besoin pour rétablir un rythme cardiaque normal. L’implantation d’un DAI s’impose chez certains patients atteints d’arythmies dangereuses susceptibles de causer un arrêt cardiaque, comme la fibrillation ventriculaire.