La crise cardiaque

(Aussi appelée : infarctus du myocarde, infarctus du myocarde avec élévation du segment ST, STEMI, infarctus du myocarde sans élévation du segment ST, sans STEMI)

Une crise cardiaque survient quand l’apport en sang riche en oxygène est interrompu dans une partie du muscle cardiaque. Les crises cardiaques sont souvent causées par une obstruction des artères qui acheminent le sang au cœur. Les victimes d’une crise cardiaque éprouvent fréquemment des symptômes comme un serrement ou des douleurs à la poitrine, des douleurs dans le dos, le cou, la mâchoire ou le bras, un essoufflement, de la transpiration, des nausées et, à l’occasion, une perte de connaissance. En cas de crise cardiaque, le traitement immédiat consiste à trouver les artères obstruées et à les dégager. Par la suite, les soins destinés à assurer le meilleur rétablissement possible comprennent des changements au mode de vie et de nouveaux médicaments.

Qu’est-ce qu’une crise cardiaque?

Une crise cardiaque survient quand l’apport en sang riche en oxygène est interrompu dans le muscle cardiaque. Si le cœur ne reçoit pas assez de sang, et par conséquent d’oxygène, pendant plus de 20 minutes, une partie du muscle cardiaque (myocarde) meurt, causant des dommages permanents. La plupart des crises cardiaques s’expliquent par un rétrécissement des artères coronaires, c’est-à-dire les vaisseaux sanguins qui alimentent le cœur avec son propre approvisionnement en sang.

Causes 

maladie coronarienneLa cause la plus fréquente de crise cardiaque est la maladie coronarienne – ou rétrécissement des artères coronaires (vaisseaux sanguins qui approvisionnent le muscle cardiaque en sang riche en oxygène). Le rétrécissement de ces artères résulte généralement d’une accumulation de plaque de cholestérol sur les parois des artères, une affection que l’on appelle « athérosclérose », ou « durcissement des artères ».

La plaque recouvrant la paroi de l’artère peut se rompre. Quand cela se produit, le sang en circulation peut former un caillot et ainsi réduire ou bloquer complètement l’apport de sang. L’arrêt de cet apport sanguin aux cellules du muscle cardiaque peut provoquer la nécrose (mort) de ces dernières.

Il existe deux types de crises cardiaques :

  • Infarctus du myocarde avec élévation du segment ST (STEMI) : Si l’artère coronaire visée est totalement obstruée par un caillot, la circulation sanguine est interrompue, ce qui endommage toute l’épaisseur du muscle cardiaque alimenté par cette artère. Cette situation entraîne une modification caractéristique sur l’électrocardiogramme appelée « élévation du segment ST ».
  • Infarctus du myocarde sans élévation du segment ST : Si l’artère coronaire n’est que partiellement obstruée par un caillot, la circulation sanguine diminue sans s’interrompre. Seule une partie du muscle cardiaque est endommagée, et l’ECG n’affiche aucune élévation du segment ST. Il s’agit là d’un infarctus du myocarde sans élévation du segment ST, ou crise cardiaque sans STEMI. En général, les STEMI sont des crises cardiaques plus graves que celles sans STEMI; en outre, les risques de complications en aval, comme l’insuffisance cardiaque, sont proportionnels à l’ampleur de la crise cardiaque.
Symptômes 

La crise cardiaque peut survenir aussi bien au repos qu’à l’effort. En voici quelques symptômes :

  • douleurs thoraciques, souvent décrites comme un serrement ou une lourdeur dans la poitrine (angine)
  • douleurs dans le haut de l’abdomen
  • douleurs dans le dos, le cou, la mâchoire ou le bras
  • essoufflement
  • transpiration
  • nausées
  • évanouissement

Chez les femmes, la crise cardiaque peut se manifester différemment. Pour certaines, les douleurs thoraciques ne sont pas toujours le premier signe d’un problème cardiaque. Ces femmes font mention de symptômes moins courants – fatigue inhabituelle, troubles du sommeil, indigestion ou anxiété – pouvant survenir plusieurs semaines voire un mois avant la crise cardiaque. Les symptômes atypiques sont plus fréquents chez les femmes diabétiques.

Si vous croyez que vous faites une crise cardiaque, composez le 9-1-1.

Symptômes d'une crise cardiaque chez les hommes : douleurs thoraciques, souvent décrites comme un serrement ou une lourdeur dans la poitrine (angine), douleurs dans le haut de l’abdomen; douleurs dans le dos, le cou, la mâchoire ou le bras; essoufflement, transpiration, nausées, évanouissement

Cliquez pour agrandi

Symptômes d'une crise cardiaque chez les femmes : douleurs thoraciques, souvent décrites comme un serrement ou une lourdeur dans la poitrine (angine), douleurs dans le haut de l’abdomen; douleurs dans le dos, le cou, la mâchoire ou le bras; essoufflement, transpiration, nausées, évanouissement

Cliquez pour agrandi

 

Diagnostic 

Diagnostic : protocole STEMI

Le diagnostic de crise cardiaque STEMI repose sur les symptômes et le tracé caractéristique de l’ECG. Le programme régional STEMI de l’Institut de cardiologie a établi un protocole afin que tous les patients de la région qui sont victimes de STEMI reçoivent les meilleurs soins aussi rapidement que possible. Si vous faites le 9‑1‑1 et que vous présentez les symptômes d’une crise cardiaque, des ambulanciers dûment formés effectuent dès leur arrivée une ECG et en interprètent les résultats sur-le-champ. S’ils diagnostiquent un STEMI, vous serez transporté directement à l’Institut de cardiologie ou dans un centre désigné pour y être traité immédiatement. Si vous arrivez par vos propres moyens à l’urgence d’un hôpital local et qu’un diagnostic de STEMI est posé, vous serez aussitôt pris en charge selon les protocoles établis par l’Institut de cardiologie.

Selon l’endroit où vous vous trouvez, vous pourriez être transporté immédiatement à l’Institut de cardiologie. Par contre, si vous êtes dans un secteur plus éloigné, vous serez d’abord traité à l’aide de médicaments qui permettent de dissoudre les caillots (médicaments thrombolytiques), après quoi vous serez transporté à l’Institut de cardiologie.

Le programme STEMI de l’Institut de cardiologie a réduit de 50 % le nombre de décès attribuables au STEMI dans la région d’Ottawa.

Diagnostic : sans STEMI

Le tracé de l’ECG d’une crise cardiaque sans STEMI n’est pas le même que celui d’une crise cardiaque avec STEMI. Cela s’explique par le fait que l’artère n’est pas totalement obstruée et que le muscle cardiaque n’est pas privé de sang riche en oxygène sur toute son épaisseur. Pour diagnostiquer une crise cardiaque sans STEMI, on procédera à une radiographie thoracique, à une électrocardiographie, à un examen physique et à des analyses sanguines spéciales. La nécrose (mort) des cellules du cœur entraîne la libération d’une protéine (troponine cardiaque) dans le sang. Souvent, un résultat positif au test de dépistage de cette protéine confirme le diagnostic de crise cardiaque.

Traitement 

Traitement : STEMI

En cas de crise cardiaque, le traitement immédiat consiste à repérer l’artère bloquée et à la dégager le plus vite possible pour rétablir une circulation sanguine normale.

Il existe deux moyens de débloquer une artère. La première option consiste à procéder à une angioplastie et à la pose d’une endoprothèse . Pour ce faire, le médecin passe par le poignet ou l’aine pour insérer un ballonnet et une endoprothèse dans l’artère bloquée; le ballonnet est gonflé dans l’artère pour la débloquer de façon mécanique, puis l’endoprothèse est déployée et laissée en place pour maintenir l’artère ouverte. Ce traitement porte des fruits dans plus de 90 % des cas, mais il ne peut se faire que dans les centres spécialisés comme l’Institut de cardiologie.

Les gens qui habitent plus loin dans la région d’Ottawa sont traités à l’aide d’un médicament qui dissout les caillots. Ce médicament peut être administré dans n’importe quel service d’urgence. L’administration du médicament est généralement suivie d’un transport immédiat à l’Institut de cardiologie pour une évaluation et des soins spécialisés.

Dans certains cas, une intervention chirurgicale appelée « pontage aortocoronarien » est requise. Il s’agit d’une opération à cœur ouvert au cours de laquelle des artères ou des veines provenant de la jambe sont utilisées pour créer un pont contournant les portions rétrécies des artères du cœur. Cette intervention n’est réalisable que dans les centres spécialisés comme l’Institut de cardiologie.

Traitement : sans STEMI

Dans le cas des crises cardiaques sans STEMI, le traitement initial vise à éviter l’obstruction complète de l’artère rétrécie. On administre des médicaments pour empêcher le caillot de prendre de l’ampleur et pour lui permettre de se dissoudre de lui-même. Des examens sont ensuite effectués afin de mesurer le risque de complications, comme une autre crise cardiaque.

Habituellement, le premier examen effectué est une angiographie. Celle-ci permet à votre médecin de voir directement les artères de votre cœur et de déterminer la quantité de plaque accumulée et son emplacement. Si d’importants blocages sont observés, deux approches de traitement peuvent être utilisées :

  • Angioplastie et implantation d’une endoprothèse: Un ballonnet et une endoprothèse sont insérés par une veine du poignet ou de l’aine. Le ballonnet est gonflé dans l’artère obstruée pour la débloquer de façon mécanique. L’endoprothèse est ensuite déployée et laissée en place pour maintenir l’artère ouverte.
  • Pontage aortocoronarien : On utilise des artères de la poitrine ou des veines d’une jambe pour contourner les sections obstruées des artères du cœur.

Les examens non effractifs comprennent :

Mode de vie

Vous inscrire à un programme de réadaptation cardiaque est une excellence façon d’en apprendre plus sur les changements que vous pouvez faire pour améliorer votre qualité de vie et réduire votre risque d’être victime d’une autre crise cardiaque. Ce programme a pour but de vous encourager et de vous soutenir lorsque vous faites des changements, et de vous fournir des renseignements au sujet de :

Médicaments

D’ordinaire, après une crise cardiaque, cinq médicaments vous seront prescrits. Vous devrez probablement prendre ces médicaments pendant une période assez longue. Il s’agit :

  • de l’AAS (aspirine ou autre marque) pour réduire le risque que des caillots se forment dans vos artères;
  • des antiplaquettaires pour réduire le risque d’une nouvelle crise cardiaque et éviter la formation de caillots sur les endoprothèses;
  • des bêtabloquants pour réduire la charge de travail de votre cœur et améliorer votre fonction cardiaque;
  • des inhibiteurs de l’ECA, ou inhibiteurs des récepteurs de l’angiotensine, pour réduire la charge de travail de votre cœur;
  • des statines, pour réduire le risque d’une nouvelle crise cardiaque.

Ces médicaments se sont montrés efficaces pour réduire le risque d’une nouvelle crise cardiaque ou de décès attribuable à une crise cardiaque. Vous ne devez pas interrompre ni modifier la prise de ces médicaments sans en discuter d’abord avec votre médecin.

D’autres médicaments pourraient s’avérer nécessaires pour maîtriser les facteurs de risque associés à la maladie du cœur, dont l’hypertension, l’hypercholestérolémie, le diabète et la dépendance à la nicotine. Une ordonnance de nitroglycérine est souvent remise lors du congé de l’hôpital en cas de récidive des douleurs thoraciques. Enfin, d’autres médicaments peuvent être requis pour traiter certaines complications, comme une anomalie du rythme cardiaque ou une insuffisance cardiaque.

Partager