Un chercheur d’Ottawa obtient une subvention d’exploration pour concevoir un dispositif à main avant-gardiste permettant de réparer les lésions cardiaques sur-le-champ

Dr. Emilio Alarcon
Emilio Alarcon est directeur du Laboratoire de génie chimique des bionanomatériaux à  l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa.

Emilio Alarcon, Ph.D., scientifique à la Division de chirurgie cardiaque et directeur du Laboratoire de chimie et de génie des bionanomatériaux à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa, a reçu une subvention de près de 200 000 $ au concours 2018 du fonds Nouvelles frontières en recherche, volet Exploration. Ce fonds est un nouveau programme du fédéral visant à soutenir la recherche internationale et interdisciplinaire qui présente des risques élevés et qui demande des résultats rapides.

Les lauréats du concours 2018 du volet Exploration ont été annoncés plus tôt aujourd’hui, lundi 13 mai. Emilio Alarcon recevra 197 397 $ sur deux ans pour son projet intitulé « Hand-held bio-printing device for customized on-the-spot heart repair », dont voici une brève description.

À propos du projet subventionné

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès à l’échelle mondiale et ont fait plus de 17 millions de victimes en 2016. Au Canada, elles sont la première cause de décès prématuré, et quelque 2,4 millions de Canadiens et Canadiennes de 20 ans et plus ont des problèmes de cœur diagnostiqués. Environ 600 000 d’entre eux souffrent d’insuffisance cardiaque, et ce nombre augmente en moyenne de 50 000 cas par année. Les traitements standard comme les médicaments et les thérapies cellulaires ne peuvent guérir l’insuffisance cardiaque, qui exige des soins spécialisés, des opérations et des dispositifs médicaux dont le coût pour le système de santé canadien s’élève à au moins 2,8 milliards de dollars par année. Les matériaux capables de transmettre l’électricité sous forme de « timbres cardiaques » se sont révélés efficaces chez l’animal pour améliorer le fonctionnement du cœur après une crise cardiaque. Toutefois, ces timbres électro-conducteurs sont produits selon un modèle standard, ce qui les rend difficiles à utiliser chez l’humain, où la forme et la taille de la partie endommagée du cœur varient d’une personne à l’autre.

Dans ce projet, Emilio Alarcon et son équipe utiliseront l’expertise acquise dans la conception de matériaux flexibles photosensibles et de fibres électro-conductrices pour mettre au point le tout premier timbre sur mesure permettant de réparer des lésions cardiaques sur-le-champ. Cette technique novatrice marque une percée en impression 3D appliquée à la médecine et au traitement de l’insuffisance cardiaque. Elle permet de créer à même le cœur un timbre sur mesure que les chirurgiens peuvent appliquer directement sur les lésions, quel que soit l’emplacement, la taille ou la forme de la région affectée. Ce timbre sera un nouvel outil thérapeutique pour rétablir la fonction cardiaque. Il sauvera des milliers de vies au pays et permettra d’épargner des millions de dollars en soins de santé.

Lire le communiqué de l’Université d’Ottawa.

Pour en savoir plus sur Emilio Alarcon et le travail de son équipe au Laboratoire de chimie et de génie des biomatériaux, regardez cette courte vidéo (le sous-titrage est disponible en français). Il s’agit du premier épisode de « Rencontrez nos chercheurs », nouvelle série qui présente les chercheurs de l’Institut de cardiologie et leurs travaux.

Renseignements :

Leigh B. Morris
Agent de communication
Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa
613-796-7000 poste 19051 (bureau)
613-316-6409 (cell.)
lmorris@ottawaheart.ca

Partager