L’Institut de cardiologie fonde une prestigieuse chaire sur les maladies valvulaires pour faire progresser la recherche, l’innovation et les soins

23 juin 2022

En dépit des avancées continuelles en matière de diagnostic, d’évaluation et de traitement, les maladies valvulaires représenteraient la prochaine épidémie cardiovasculaire, croient les cardiologues.

L’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa (ICUO) crée un fonds de dotation de 4 millions de dollars pour la recherche sur les maladies valvulaires, établissant ainsi l’une des plus importantes chaires consacrées à un programme de recherche cardiovasculaire au Canada.

Nommée en l’honneur du président-directeur général de l’ICUO, la Chaire dotée collaborative Dr Thierry G. Mesana sur les maladies valvulaires aura deux cotitulaires, soit un cardiologue et un chirurgien cardiaque. David Messika-Zeitoun, M.D., et Vincent Chan, M.D., seront les premiers à effectuer un mandat de cinq ans.

Le Dr Messika-Zeitoun est cardiologue et directeur du Centre des maladies valvulaires (CMV) à l’ICUO. Les maladies valvulaires, indique-t-il, sont très répandues et touchent près de 25 % des personnes hospitalisées pour des problèmes cardiovasculaires.

« Les maladies valvulaires sont sous-diagnostiquées, déjà avancées quand les patients nous sont adressés et insuffisamment traitées, ce qui augmente le risque de complications et de mortalité, indique le Dr Messika-Zeitoun. C’est d’une grande tristesse, car la plupart de ces maladies se traitent. »

Bien que certains problèmes cardiaques se traitent bien à l’aide de médicaments, il n’existe actuellement aucun médicament capable de guérir les maladies valvulaires à lui seul. Sans recherche, le Dr Messika-Zeitoun craint qu’un sous-ensemble croissant de la population finisse par présenter des formes graves de ces maladies et avoir besoin d’interventions.

Le Dr Vincent Chan, chirurgien cardiaque à l’ICUO, a opéré des centaines de patients atteints de formes graves de ces maladies. Expert des réparations et remplacements valvulaires ainsi que des traitements à effraction minimale, il croit que la recherche médicale a un rôle crucial à jouer dans les salles d’opération, les laboratoires de cathétérisme et les salles d’examen.

« Nous utilisons un certain nombre de techniques sur lesquelles nous disposons de données limitées, explique le Dr Chan. En plus d’améliorer les techniques chirurgicales et l’issue des interventions, la recherche aide les équipes soignantes à choisir la stratégie idéale pour traiter chaque pathologie. Les chercheurs qui analysent les maladies valvulaires sont une source d’information nuancée qui guide le travail des chirurgiens en salle d’opération et donne une idée des résultats auxquels on peut s’attendre. »

Thierry Mesana, M.D., est un expert en réparation valvulaire renommé mondialement autant pour ses talents de chirurgien que pour son leadership dans le milieu universitaire. Sous sa direction, le programme de chirurgie et de réparation valvulaire de l’ICUO a connu une croissance spectaculaire et figure maintenant parmi les meilleurs du monde. Le Dr Mesana privilégie la réparation des valves cardiaques plutôt que leur remplacement par des prothèses (artificielles ou biologiques), ce qui a contribué à faire de cette approche la référence standard en matière de traitement.

« Les gens n’ont pas toujours conscience que la recherche est au cœur des soins, explique le Dr Mesana. Un fonds de dotation d’une telle ampleur fournit un cadre essentiel pour assurer le financement de recherches vitales sur les maladies valvulaires, dès aujourd’hui et pour l’avenir. En fondant cette chaire collaborative, nous voulons faire progresser la recherche, l’innovation et les soins pour toutes les personnes atteintes d’une maladie valvulaire, ce qui est un grand privilège. »

Les Drs Messika-Zeitoun et Chan dirigeront un large éventail de projets de recherche et exerceront un leadership universitaire conformément à la vision et aux objectifs de la Division de chirurgie cardiaque, de la Division de cardiologie et de l’ICUO.

Ce travail viendra appuyer le concept d’« équipes interdisciplinaires » introduit par le Dr Mesana pendant son mandat de PDG, une approche qui assure des soins interdisciplinaires et personnalisés à chaque patient.

John Bassi, ancien patient du Dr Mesana et important promoteur de la région d’Ottawa, a mené les efforts de collecte de fonds pour cette initiative avec son épouse Maria et l’appui de la Fondation de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa. Ensemble, les Bassi et la Fondation ont recueilli plus de 3,6 millions de dollars à ce jour, ce qui laisse un montant d’environ 400 000 $ à recueillir avec l’aide de la population.

« Je serai toujours reconnaissant envers John Bassi et sa femme Maria pour tous leurs efforts. John est un pilier de la communauté d’Ottawa, une ville qu’il adore. Nous sommes sincèrement reconnaissants que des gens comme lui et Maria appuient notre institut », a dit le Dr Mesana.

Pour coordonner une entrevue, en anglais ou en français, avec les Drs Thierry Mesana, David Messika-Zeitoun ou Vincent Chan, veuillez communiquer avec la personne-ressource ci-dessous.

Personne-ressource pour les médias

Leigh B. Morris
Agent de communication
Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa
613-316-6409 (cell.)
lmorris@ottawaheart.ca

Partager