Une technique non invasive à l’étude pour améliorer le rétablissement post-AVC

Un projet de recherche potentiellement transformateur mené par l’Institut de cardiologie reçoit 1,9 M$ de la Fondation Brain Canada.

24 mars 2021 CanStim (plateforme canadienne de recherche sur la stimulation cérébrale non invasive), codirigée par la chercheuse Jodi Edwards, Ph.D., de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa (ICUO), recevra 1,9 M$ sur trois ans et demi par l’entremise du programme de subventions de soutien aux plateformes de la Fondation Brain Canada. Première plateforme du genre au monde, CanStim intégrera la recherche clinique et préclinique dans le but d’accélérer l’élaboration de protocoles et l’application de technologies de stimulation cérébrale, et de transformer les soins cliniques post-AVC.

Jodi Edwards et l’équipe nationale de recherche de CanStim mèneront des essais cliniques multicentriques pour tester la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTR) de façon sécuritaire. Cette technique non invasive permet de moduler l’activité neuronale à l’aide de courtes impulsions magnétiques dirigées vers le cerveau. CanStim étudiera la capacité potentielle de la SMTR d’améliorer le rétablissement des personnes vivant avec les séquelles d’un AVC ou d’autres affections neurologiques. CanStim offrira aussi aux stagiaires de tout le Canada des occasions d’étudier le rétablissement post-AVC à l’aide de nouvelles approches interdisciplinaires.

À l’ICUO, ce projet s’inscrit sous le thème de la recherche sur la connexion cœur-cerveau, un des cinq pôles d’innovation de la Stratégie d’excellence en recherche cardiovasculaire de pointe dans la région d’Ottawa (ORACLE).

« Le modèle intégré de CanStim permettra d’accélérer l’élaboration de protocoles optimaux pour guider le recours à la SMTR dans le rétablissement post-AVC », explique Jodi Edwards, directrice du Programme de recherche sur le cœur et le cerveau à l’lCUO. « Ce seront des avancées importantes pour toutes les personnes qui se remettent d’un AVC, surtout s’il s’agit d’un AVC cardio-embolique associé à la fibrillation auriculaire. Ce type d’AVC plus grave cause d’importantes limitations fonctionnelles, d’où le besoin de traitements d’appoint innovants. »

Ce projet est rendu possible grâce au soutien financier de la Fondation Brain Canada par l’entremise du Fonds canadien de recherche sur le cerveau — partenariat novateur entre le gouvernement du Canada (par l’entremise de Santé Canada) et la Fondation Brain Canada —, du Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC et du Réseau provincial de recherche en adaptation-réadaptation (REPAR).

L’équipe de CanStim comprend des spécialistes du rétablissement post-AVC d’Ottawa, Montréal, Québec, Kingston, Vancouver, Calgary et St. John’s. La chercheuse Jodi Edwards codirige l’initiative avec le neurologue Alexander Thiel, M.D., de l’Université McGill, et le neuroscientifique Numa Dancause, Ph.D., de l’Université de Montréal. 

Pour en savoir plus

Voir le communiqué publié sur le site Web de la Fondation Brain Canada.

Personne-ressource pour les médias

Pour organiser une entrevue avec la chercheuse Jodi Edwards, veuillez communiquer avec la personne-ressource pour les médias :

Leigh B. Morris
Agent de communication
Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa
613-316-6409 (cell.)
lmorris@ottawaheart.ca

Partager