Le Prix Robert Roberts pour l’excellence en recherche de 2021

25 mars 2022

L’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa (ICUO) a le plaisir d’annoncer l’attribution du Prix Robert Roberts pour l’excellence en recherche de 2021 à Erik Suuronen, Ph.D., Michel Le May, M.D., et Benjamin Hibbert, M.D., Ph.D. Le prix Robert Roberts souligne le travail de chercheurs de l’ICUO qui ont publié un article scientifique original et évalué par les pairs qui a eu ou qui est susceptible d’avoir une influence notable dans le domaine de la science et des soins cardiovasculaires.

Le chercheur Erik Suuronen obtient le prix pour une étude influente sur une thérapie associant un capteur de méthylglyoxal (la fisétine) et un hydrogel à base de collagène. L’étude publiée dans Advanced Functional Materials a démontré que cette thérapie pourrait réduire l’accumulation et les effets négatifs du méthylglyoxal après un infarctus du myocarde, et ainsi possiblement limiter le remodelage cardiaque, prévenir les lésions et préserver la fonction cardiaque.

Le Dr Michel Le May obtient le prix pour son important essai clinique CAPITAL CHILL, publié dans JAMA Cardiology. Cet essai portant sur les survivants comateux d’un arrêt cardiaque extrahospitalier a montré qu’une température cible de 31 °C (hypothermie modérée) n’a entraîné aucune réduction significative du taux de mortalité ou de conséquences neurologiques défavorables après 180 jours comparativement à une température cible de 34 °C (hypothermie légère). Ces conclusions viennent enrichir les connaissances sur le contrôle ciblé de la température chez les survivants comateux d’un arrêt cardiaque extrahospitalier.

Le Dr Benjamin Hibbert obtient le prix pour sa remarquable étude DOREMI, publiée dans le New England Journal of Medicine. Cet essai contrôlé randomisé comparait deux médicaments inotropes – la milrinone et la dobutamine – utilisés dans les cas de choc cardiogénique. Les résultats de l’étude réfutent l’idée que la milrinone pourrait être supérieure à la dobutamine. Le Dr Hibbert et son équipe ont déterminé que les deux approches thérapeutiques donnaient des résultats similaires. Les médecins peuvent donc baser leur choix de médicament inotrope sur leur degré d’aisance, le coût et la réponse du patient au traitement.

Félicitations à tous les trois pour leur travail exceptionnel!

Partager