Shuhendler, Adam J.

Sommaire 

Adam Shuhendler est professeur adjoint à l’Université d’Ottawa et titulaire d’une Chaire de recherche du Canada en biologie chimique (niveau 2). Il enseigne au Département de chimie et de sciences biomoléculaires (affectation principale) et au Département de biologie (affectation secondaire) de la Faculté des sciences de l’Université d’Ottawa. Scientifique à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa, il est aussi affilié à l’Institut de recherche sur le cerveau de l’Université d’Ottawa à titre de membre du Groupe sur les commotions cérébrales.

Parcours 

Adam Shuhendler a fait ses études supérieures à l’Université de Toronto (Département de sciences pharmaceutiques, Faculté de pharmacie) sous la direction de la professeure Xiao Yu Wu. Dans le cadre de son doctorat, il a conçu une chimiothérapie d’association administrée par nanoparticules hybrides lipides-polymères pour traiter les cancers du sein résistants aux médicaments. Des projets de conception de nano-agents comprenant des complexes particulaires hiérarchisés pour l’imagerie par fluorescence et la thermométrie par IRM ont amené M. Shuhendler à s’intéresser à l’imagerie et à poursuivre des recherches postdoctorales en imagerie moléculaire à l’Université de Stanford (Département de radiologie, École de médecine). Sous la direction du professeur Jianghong Rao, M. Shuhendler a conçu des nanoparticules et des agents moléculaires pour diverses techniques d’imagerie (par fluorescence ou photoacoustique, IRM, TEP, etc.). Dans l’ensemble, son travail à Stanford a porté sur l’utilisation de sondes « basées sur l’activité » (qui réagissent à des cibles bioactives précises) en imagerie pour évaluer la réponse tumorale au traitement, les lésions stériles et l’inflammation non stérile.

Adam Shuhendler a reçu le prix du Jeune chercheur du Radiopharmaceutical Sciences Council de la Society of Nuclear Medicine and Molecular Imaging (2015), et le prix John-C.-Polanyi de chimie du gouvernement de l’Ontario (2015). 

Adam Shuhendler est membre du Collège des évaluateurs des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et siège au comité de pharmacologie et toxicologie. Il est aussi membre du groupe d’experts sur les étapes initiales de la recherche translationnelle et l’épidémiologie de la Société de recherche sur le cancer.

Intérêts cliniques et de recherche 

Les techniques d’imagerie médicale, comme l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomographie par émission de positons (TEP) ont le potentiel de faciliter la détection précoce de l’inflammation, des lésions et d’autres signes de la maladie, et ainsi d’améliorer la capacité de détecter la maladie dès les premiers stades. Les membres du Laboratoire de médecine moléculaire travaillent à concevoir de nouvelles molécules qu’on pourra utiliser en imagerie pour détecter ces premiers signes de la maladie. L’équipe veut ainsi fournir de nouveaux outils pour améliorer, grâce à un diagnostic précoce, le pronostic associé à un éventail de maladies et de lésions allant de l’athérosclérose aux commotions cérébrales en passant par l’intoxication médicamenteuse, et pour évaluer la réponse des maladies aux traitements.

Publications 

Voir la liste des publications dans PubMed (en anglais).

Partager